Affaire Triumph: une plainte et des sous-vêtements en signe de protestation.
Au nom des 3600 couturières licenciées en août 2009, une délégation syndicale de Thaïlande et des Philippines est venue en Suisse pour adresser une plainte contre Triumph au Secrétariat d'Etat à l'économie (seco). Les Triumphmilitantes accusent le fabricant suisse de sous-vêtements d'avoir enfreint les Principes directeurs de l'OCDE. Elles ont mis en place une stratégie de résistance novatrice en confectionnant des sous-vêtements, qu'elles entendent mettre sur le marché. Cette ligne de lingerie, appelée «Try Arm», est le symbole de leur combat contre la discrimination syndicale et les conditions de travail déplorables qui règnent dans l'industrie textile globalisée. Depuis bientôt un an ces ouvrières se battent pour leurs droits syndicaux. Seule réponse : le licenciement.

Nous ne pouvons continuer à sur-consommer en sachant que cela se fait sur le dos d'autres femmes, d'enfants qui sont exploité/es et connaissent des conditions de travail dignes de l'esclavage pour que nous ayons 3 soutiens-gorge à 25 euros au lieu d'un seul à 60 euros. Il nous faut enfin accepter de payer le juste prix pour les choses, pas celui de l'exploitation.