soixantenaireUn peu de futilité cela ne fera pas de mal ... mais est-ce vraiment de la futilité ?

Aujourd'hui soixantenaire, je m'aperçois que pratiquement tout au long de ma vie je n'ai pas pu m'exprimer par mon habillement. Or quand je vois combien les femmes existent aussi par leur façon d'être, de se voir, de se donner à voir, je trouve cela dommage. Enfant, je n'avais pas de magasin. Cela n'existait tout simplement pas ..... déjà, je n'avais pas le droit d'aller à l'école en pantalon,je me souviens encore de cette salopette en velours rouge (j'avais la même en bleu ciel !) que les religieuses m'avaient obligée à cacher sous une robe. Je me souviens de la stupéfaction de ma mère, américaine du Nord, ne comprenant absolument pas ce que le port du pantalon par une fillette de 9 ans pouvait représenter comme danger pour la société !

Après cela est venue la période de la jupe plissée, nous avions toutes une jupe en tergal pour l'été, et une jupecinquantenaire en flanelle pour l'hiver ... un peu de fantaisie quand même, il y avait le kilt !!!! Ah oui tout cela avec des chaussettes, ou socquettes, le collant n'existait pas encore. La première fois que nous avons pu avoir une mode faite pour nous, nous l'avons dû à Cacharel qui avait sorti une petite robe chemisier en crêpon, nous avions toutes la même dans l'amphi de médecine, elles étaient juste de couleurs différentes : manches longues, aux genoux, col claudine ... je me souviens, j'en avais deux, une rayée bleu ciel et blanc et une vert unie ... mais bon foin de nostalgie ....

Pendant la grossesse nous n'avions que Prénatal ... assez immonde ou alors les robes ethniques ....... et maintenant que nous avons 60 ans ... où est notre mode ? comment nous habiller ?

Je trouve cela frustrant, et quand je vois les soixantenaire dans ma ville je suis consternée, soit elles s'habillent comme leur fille, quand ce n'est pas leur petite fille, soit c'est pantalon sombre, pull sombre et doudoune ....berk !