Joe's blog

26 février 2012

Filles, garçons ... la lecture

Comment en est-on arrivés là ? Je me souviens quend j'étais enfant des heures que mon frère et moi passions à P1120428plat ventre sur le tapis, dévorant nos livres. il y avait Bigglesworth qui me passionnait autant qu'il donnait des ailes à mon frère; il y avait la Comtesse de Ségur que nous lisions tous les deux ..... et les Club des 5, et les Clan des 7, la collection des Rouge et Or  ..... comment en sommes-nous arrivés à cette inégalité qui fait que 46% des femmes ne lisent pas, contre 62% d'hommes. L'article de La Croix est à cet égard révélateur : " Lire ne va pas avec l'idée que les garçons se font de la virilité" !

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec l'explication qu'en donne cet article. Ainsi, c'est parce que les femmes accompagnent plus les enfants dans leur travail scolaire qu'elles liraient plus, c'est parce qu'elles ont plus de temps libre qu'elles liraient plus ..... mais dans ce cas, les hommes qui ont beaucoup plus de temps libre que nous devraient être des lecteurs compulsifs.

Dans la désaffection des garçons pour le livre et au contraire l'affection que lui portent les filles, je vois plus les conséquences des sollicitations extérieures : jeux vidéos : les bacs chez les commerçants sont révélateurs ...... guerre, combat, courses de voitures, compétition ..... jeux en extérieur :  combien d'équipements sportifs àP1120432 vocation majoritairement masculine pour combien d'équipements mixtes ? je ne parle pas d'équipements à vocation majoritairement féminine parce qu'il n'y a pas beaucoup d'exemples de sports dits "féminins", à part peut être la natation synchronisée. Puisque nous en sommes revenus à des rayons filles et des rayons garçons dans le secteur des jouets, il faut avouer que les sections roses sont bien peu passionnantes .... ménage, poupées, mini stars ..... j'aurais détesté qu'on ne propose que cela quand j'étais enfant ...... Heureusement nous avions à l'époque un jeu naturel et gratuit, cela s'appelait les espaces vierges, la nature .... pêche aux grenouilles, chasse aux escargots, cabanes dans les arbres, cueillettes de champignons sans compter les représentations de théâtre où garçons et filles partageaient les même livres, même si je l'avoue il fallait un peu traîner les garçons pour jouer les acteurs ... mais je me souviens que nous jouions plus ensemble... et nous lisions plus ensemble ........ y compris quand nous étions adolescents sous la tente en été ... que d'après midi passés ..... euh  je n'en dirai pas plus!

En parlant jeux vidéo, je ne peux résister, j'ai découvert un jeu auquel vient de jouer mon petit fils sur mon PC : la terre est polluée, les ressources sont en baisse constante, n'y survivent plus que les pingouins, ils vivent en tribus : jaune, rouge, bleu, vert .... or il n'y a de place que pour une seule tribu ... que pensez-vous que l'on demande à l'enfant ? partage, solidarité, aide, économie de ressources ? eh bien non ... il faut attaquer les autres pingouins .... vous avez bien lu .... il faut attaquer ses congénères dès qu'ils ne sont pas de la même couleur. Le dernier survivant sauve la tribu dont il arbore la couleur !!!!!!

 

Posté par jolb56 à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 janvier 2012

Mode : Génération sacrifiée!

soixantenaireUn peu de futilité cela ne fera pas de mal ... mais est-ce vraiment de la futilité ?

Aujourd'hui soixantenaire, je m'aperçois que pratiquement tout au long de ma vie je n'ai pas pu m'exprimer par mon habillement. Or quand je vois combien les femmes existent aussi par leur façon d'être, de se voir, de se donner à voir, je trouve cela dommage. Enfant, je n'avais pas de magasin. Cela n'existait tout simplement pas ..... déjà, je n'avais pas le droit d'aller à l'école en pantalon,je me souviens encore de cette salopette en velours rouge (j'avais la même en bleu ciel !) que les religieuses m'avaient obligée à cacher sous une robe. Je me souviens de la stupéfaction de ma mère, américaine du Nord, ne comprenant absolument pas ce que le port du pantalon par une fillette de 9 ans pouvait représenter comme danger pour la société !

Après cela est venue la période de la jupe plissée, nous avions toutes une jupe en tergal pour l'été, et une jupecinquantenaire en flanelle pour l'hiver ... un peu de fantaisie quand même, il y avait le kilt !!!! Ah oui tout cela avec des chaussettes, ou socquettes, le collant n'existait pas encore. La première fois que nous avons pu avoir une mode faite pour nous, nous l'avons dû à Cacharel qui avait sorti une petite robe chemisier en crêpon, nous avions toutes la même dans l'amphi de médecine, elles étaient juste de couleurs différentes : manches longues, aux genoux, col claudine ... je me souviens, j'en avais deux, une rayée bleu ciel et blanc et une vert unie ... mais bon foin de nostalgie ....

Pendant la grossesse nous n'avions que Prénatal ... assez immonde ou alors les robes ethniques ....... et maintenant que nous avons 60 ans ... où est notre mode ? comment nous habiller ?

Je trouve cela frustrant, et quand je vois les soixantenaire dans ma ville je suis consternée, soit elles s'habillent comme leur fille, quand ce n'est pas leur petite fille, soit c'est pantalon sombre, pull sombre et doudoune ....berk !

 

 

 

 

Posté par jolb56 à 14:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2012

Les deux femmes

Christine_de_pisanVoilà, il paraît, 600 ans que Jehanne la Pucelle naquit. Mais non je ne vais pas vous faire le couplet que Jeanne est à tout/es les Français/es. Je veux juste en profiter pour vous parler de Christine de Pisan (1364), dont la dernière oeuvre fût le Ditié de Jehanne. Encore une de ces inconnues de l'histoire, et pourtant elle sût écrire des textes tant politiques que didactiques, être poête et religieuse, être "homme de plume" et aussi fille d'estude. Elle fût sans doute la première féministe française connue, puisque veuve à 25 ans, c'est sa plume qui lui permit de vivre.  _Christine_de_Pisan_and_her_son

Elle  attribue l'inégalité intellectuelle entre hommes et femmes non à la nature, mais à l'éducation et aux représentations d'elles-mêmes fournies aux femmes par le discours misogyne dominant. Elle fût la première à formuler une protestation véhémente contre les préjugés discriminatoires à l'égard des femmes, soutenant que "si la coutume était de mettre les filles à l'école, elles comprendraient subtilités d'art et de science comme il faut". Elle a aussi essayé de fédérer les femmes contre la guerre de cent ans qui tuaient les hommes et les fils, et réécrit des tranches d'histoires d'un point de vue féminin.

A quand des rues Christine de Pisan ...... ? 

Posté par jolb56 à 17:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 décembre 2011

L'homme charmant

feminicide"Oh mon Dieu !" murmura-t-il, la tête dans les mains.

Il leva les yeux, la regarda et à sa grande surprise elle vit que son visage était couvert de larmes. "Je suis tellement désolé, terriblement désolé. Pardonne moi, pour l'amour du ciel, dis moi que tu me pardonneras. Cela n'arrivera plus jamais. Je ne sais pas ce qui s'est passé. Le stress au travail, les soucis d'argent ... cela fait des jours que je suis inquiet, mais m'en prendre à toi, toi ...... de toutes les personnes ....."

Il se brisait devant elle, les épaules secouées de sanglots. " Quel homme suis-je ? Quel animal suis-je devenu ?". 

"Tout va bien, ne t'inquiète pas". Elle le toucha du bout des doigts. Elle ne pouvait pas supporter de le voir ainsi. 

"Merci, merci mon dieu !". Il l'attira vers lui, l'embrassa de toutes ses forces, et bien que cela lui fit mal, que sa lèvre fendue soit douloureuse, elle le laissa faire.

domination_masculine

On considère qu'il faut en moyenne 35 occasions différentes de violences domestiques avant qu'une femme ne se décide à porter plainte.

Alors pour moi, la femme de l'année, non ce n'est pas Anne Sinclair ou ... pire encore comme on l'a suggéré Christine Lagarde. Non, pour moi la femme de l'année est anonyme, c'est celle qui est victime encore une fois de féminicide. C'est celle que la Loi française ne met pas à l'abri. C'est celle que les violences conjugales brisent, celle qui est détruite dans son corps, dans son esprit. Celle que la domination masculine écrase avec la complicité silencieuse de toute une société.

 

Posté par jolb56 à 15:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »