feminisme_70

Une femme jette une pièce dans une fontaine en faisant un vœu : « Fini, le ménage, fini, la cuisine, moins de travail et plus d’argent ! » Un nuage l’enveloppe et elle réapparaît, son vœu réalisé : elle est transformée… en homme !

La femme a changé. Les lois ont changé. La société a changé. Mais est-ce que cela s'est fait pour le bien des femmes. Où en sont-elles ? Il n'est pas sûr que tout ce qui a été fait ait conduit vers une amélioration. Incompréhension, dévalorisation, épuisement, culpabilisation : la libération de la femme ne l'a pas libérée. Son esprit, soi-disant affranchi de la domination masculine, se trouve sous l'emprise de la société dans son ensemble. Les règles, les normes sont intériorisées. Bien sûr il y a eu le droit de vote, la pilule (droit de choisir de maîtriser sa fécondité), les diverses évolutions légales (comptes bancaires, droit du travail, divorce/mariage ...), et l'avortement qui est à mes yeux le combat le plus spectaculaire qui ait abouti en France.
Or c'est ce même avortement qui est aujourd'hui menacé, non par un changement de législation, mais par les chicanes administrativo-médicales mises en places de façon arbitraire par les cliniques, hôpitaux et médecins.
C'est aussi la libération sexuelle qui a été dévoyée par les hommes : comme le dit si bien Anne Zélensky : "Nous avons dit : Nous voulons disposer de notre corps. D'aucuns ont compris : Youpi! Nous pouvons disposer de leur corps !"

Certes, les luttes et les combats ont évolué au cours des années, mais il y a toujours des buts à poursuivre, et donc il faut bien essayer de changer les choses.

"Elles prennent le rôle des hommes, c'est ça qui est terrible et désolant" Marguerite Duras