sorci_resRevenons à nos contes de fées et étudions ce qui est dit des vieilles dames ! Tout d'abord elles servent à avilir leurs jeunes belle-filles ou a lancer de très méchants sorts ! Elles n'ont pas le droit d'être amoureuses, jalouses, intelligentes .... On leur accorde un semblant de victoire quand Blanche Neige s'endort mais éventuellement, elles sont contrecarrées par les pouvoirs supérieurs de l'homme, du jeune prince. Face à la punition, au bannissement, à la mort, elles choisissent de se punir elles même, laissant ainsi intacte la blanche réputation du prince.

Chez Perrault, la belle mère enfonce sa tête dans un baignoire emplie de serpents, vipères, crapauds et elle est instantanément dévorée par les créatures qu'elle a rassemblées pour se débarrasser des autres, la belle mère de Blanche Neige s'inflige une punition méritée pour sa jalousie en dansant jusqu'à la mort dans des souliers rougis au feu et chez Hans et Gretel, la sorcière brûle sa tête dans son propre four. Dans les carabosse3jpg contes de fées, la volonté, l'intelligence et les talents manipulatoires sont associés à la vanité, l'acariâtreté, la laideur, et parce que leur sort est horrible ces femmes odieuses ne peuvent servir de modèles aux jeunes lectrices.  Parce que dans ces contes elles viennent en opposition à de pures jeunes filles, l'opprobre qui entoure ces belle-mères diaboliques sabote toute idée qu'une femme pourrait s'affirmer, être forte, indépendante, puissante. Les lectrices s'identifient immanquablement avec les héroines jolies et passives dont la soumission aux rôles admirables garantit le bonheur triomphant.