Et voilà comment les femmes ont là aussi régressé.

P1080715Tout d'abord les textes même sont discriminatoires et une insulte à l'égalité. Ne peuvent être candidat/es à la présidence de l'UE que les ancien/nes chef/fes d'état ou premier/e ministres. Déjà on fait une coupe sombre parmi les candidatures possibles, les choses étant ce qu'elles sont, trés trés peu de femmes peuvent candidater et cela ne va pas s'améliorer avant plusieurs mandats.

Deuxième manoeuvre.... et celle là on ne l'avait pas vraiment vue venir, on commence par nommer la personne en charge de la politique étrangère, et on y nomme une femme .... après, bien sûr il sera plus facile de choisir un homme pour la présidence, on aura ouvert le chemin,  parce que 3 hommes, tout le monde savait bien que cela ne passerait pas. Alors pour la politique étrangère, on choisit une parfaite inconnue, complète débutante sur la scène internationale. Elle était commissaire européenne au Commerce. Elle n'a jamais occupé que des postes ministériels intermédiaires dans différents gouvernements travaillistes, son expérience diplomatique est trés limitée. Au cours de ses différents mandats elle s'est essentiellement consacrée à des questions d'emploi, d'égalité, de santé et de justice et libertés, jamais aux Affaires étrangères. Elle est économiste de formation et n'est commissaire européene que depuis un peu plus d'un an.

Conclusion : en la nommant en premier, on a placé "la" femme qu'il fallait mettre parmi les instances dirigeantes de l'UE, on aP1080690 de fait et en douceur  éliminé la candidature de Vaira Vike Freiberga et on a ouvert la voix à Van Rompuy puisqu'en plus on a promu une britannique, donc exit Blair si il y avait encore une hésitation.

Bien sûr, c'est scandaleux pour les femmes. Certes, Catherine Ashton sera peut être exceptionnelle .... mais elle aura intérêt à l'être, on l'attend déjà au tournant ! Déjà on lui colle Javier Solana comme chaperon ..... pour s'assurer qu'une femme ne va pas faire de bêtises ......et encore une fois les hommes ont co-opté les hommes. Quand je pense que certaines s'insurgent contre les quotas, n'est ce pas ce que font les hommes depuis toujours en se co-optant ?

Lors de la conférence à laquelle j'ai assisté :" L'Europe au Féminin, pour une vraie parité". J'ai pu poser ma question fétiche à Vaira Vike Freiberga : Quand vous serez Présidente de l'UE, que ferez vous pour faire avancer la parité au sein des institutions et comment influencerez vous les politique pour les droits des femmes ?

Tout d'abord elle a répondu en rappelant combien les petites filles, les femmes manquent de modèles auxquels s'identifier, et que donc ce serait déjà un premier point important. Ensuite, elle pèserait sur les ordres du jours pour s'assurer que les questions de genre feraient partie de toutes les politiques.

Tant pis, c'est raté pour cette fois-ci. Espérons que Mary Robinson (Irlande) acceptera d'être candidate pour la présidence dans deux ans et demi.

Finalement,  ça serait bien qu'on fasse remarquer au Président de la République qu'il serait temps de nommer UNE Commissaire Européenne pour la France et qu'étant donné le score d'Europe Ecologie, il serait bien de reconnaître l'évolution des Français en nommant .... tiens au hasard ..... Eva Joly comme Commissaire pour la France au lieu de Barnier.

Actuellement, étant données les candidatures, on se prépare une commission Européenne que Barroso aura bien du mal à accepter et que le Parlement Européen sera en droit de refuser lors de son vote. Il est fort possible qu'il soit demandé aux états membres de revoir leur copie .... pourquoi ne pas tenter la carte Eva Joly ?

La précédente Commission Barroso comptait 8 femmes pour 19  hommes et on sait qu'il y aura moins de femmes cette fois-ci (4 candidates!) . Aux parlementaires européens donc de voter NON à cet évident déni de démocratie.