femme__g_e_1Affirmer que les femmes et les hommes doivent avoir les même droits, ne veut pas dire qu'il n'y aurait aucune différence entre les deux et que ne doive pas être conservé ce qui, dans nos lois prend en compte cette différence, et qui, en fait, revient à compenser pour les inégalités que vivent les femmes simplement parce qu'elles sont femmes. Ainsi, Marc Le Fur, vice-président de l'Assemblée Nationale et Marie Jo Zimmermann, présidente de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les femmes et les hommes de l'Assemblée ont co-signé une tribune dans La Croix, après que le 15 juillet, Marie Jo Zimmermann se soit déjà exprimée sur la remise en cause des retraites des mères de famille. Le texte, titré "Les méfaits de l'idéologie égalitariste", accuse, "les excès de zèle de ceux qui sont passé du combat pour l'égalité entre les sexes, au combat pour la négation de la différence entre les sexes." Les auteurs demandent " une égalité concrète que l'on obtient en corrigeant les sources d'inégalités, et non pas une égalité décrétée qui exclut de fait toute forme de correction, de discrimination positive ". Sinon, affirment-ils, "alors nous aurons tout perdu : un outil pour lutter contre l'inégalité homme-femme face à la retraite, un outil qui met en valeur le rôle de la mère, un outil  qui  participe enfin de notre politique familiale et démographique". Qu'il faille lutter contre les inégalités femmes/hommes face à la retraite j'en conviens. Lefemme__g_e_2 plafond de verre tant dénoncé par Olympe est une réalité et implique une politique de rattrapage.   Les bonifications accordées aux mères de famille sont tout à fait justifiées, car avoir des enfants en travaillant ou s’arrêter pour s’y consacrer revient à sacrifier sa carrière. Dans un cas, l’employeur est réticent à confier des postes à responsabilités, dans l’autre, arrivé à l’âge de la retraite, on se retrouve avec une pension moins importante qu’une femme qui aura fait une carrière linéaire. On a beau faire toutes les lois en faveur de l’égalité hommes-femmes, ce sont toujours les mères qui doivent s’arrêter de travailler au moins pendant la grossesse ! Il est normal qu’elles reçoivent une compensation .